info printer
Attention palu !
10/07/2012

De nombreux pays, en zone intertropicale, sont le siège d’une endémie palustre.

Le paludisme, ou malaria, est une maladie parasitaire transmise par certains moustiques, qui détruit les globules rouges du sang. La forme à Plasmodium falciparum est la plus répandue et peut être grave, voire mortelle. Elle est souvent résistante à une partie des médicaments utilisés en prévention.

Les régions d’endémie sont classées en 3 zones en fonction des résistances aux médicaments préventifs :
- Zone 1 : pas de résistance ; le traitement par la NIVAQUINE ® est suffisant
- Zone 2 : résistance à la NIVAQUINE ®, un traitement par SAVARINE ® ou MALARONE ® est recommandé
- Zone 3 : résistance à la SAVARINE ®. Plusieurs médicaments sont utilisés comme la MALARONE ®, le LARIAM ®ou le DOXYPALU ®

Dans tous les cas, le traitement doit être poursuivi après le retour (1 semaine pour la MALARONE ®, 2 semaines pour le LARIAM ®, et 4 semaines pour SAVARINE ® et DOXYPALU ®.

Le traitement préventif du paludisme doit débuter le jour du départ ou le jour de l’arrivée dans la zone d’endémie, sauf pour le LARIAM ® qu’on commence à prendre 10 jours avant.

Ces médicaments sont compatibles avec les antirétroviraux. Certains ont des contre-indications (notamment le LARIAM ®) et peuvent provoquer des effets secondaires. Le DOXYPALU ® est photosensibilisant, et impose une protection efficace contre le soleil.

La prévention du paludisme passe également par des mesures de protection contre les piqûres de moustique. Ceux-ci piquent essentiellement la nuit, en fin d’après-midi et au petit matin. Portez des vêtements couvrants (manches longues) et, la nuit, utilisez une moustiquaire imprégnée de produit repellant (qui éloigne les moustiques), disponible en pharmacie. Des produits repellants sont applicables à même la peau et sont bien utiles en plein air. Cette prévention a l’avantage d’être efficace contre les autres maladies transmises par les moustiques comme la dengue ou le Chickungunya.