info printer
Comment faire un enfant avec ou sans AMP ?
14/01/2008

Qu’est que l’AMP ou PMA ?

La procréation médicalement assistée (PMA), ou assistance médicale à la procréation (AMP), représente l’ensemble des techniques médicales et biologiques de manipulation des gamètes (spermatozoïdes et ovocytes) chez les couples inféconds, afin d’aboutir à une grossesse.

Ces techniques concernent également les couples touchés par le virus du VIH ou les hépatites B ou C, qu’ils soient fertiles ou non, afin de réduire au maximum le risque de transmission de ces virus lors de la procréation. Elles participent à la prise en charge des grossesses à risque viral.

Comment ça marche l’AMP ?

Dans le cadre de l’AMP, une préparation du sperme chez l’homme et de l’ovulation chez la femme sont nécessaires, avant de procéder à la fécondation puis le transfert de l’embryon dans l’utérus, selon des techniques différentes :
- Insémination artificielle,
- Fécondation in vitro (FIV)
- ou Injection intracytoplasmique de spermatozoïde dans l’ovocyte (ICSI).

On peut aussi avoir recours au sperme de donneur lorsque l’homme est séropositif au VIH.

Un risque d’obtenir des grossesses multiples existe.

Quels sont les risques liés à la présence du VIH ?

La loi fait obligation au médecin de prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter la transmission de maladies infectieuses ou autres lors des manœuvres d’AMP.

La présence de marqueurs biologiques de l’infection par le VIH (ou par les virus des hépatites B et C), chez l’un des membres du couple sollicitant une AMP, impose une prise en charge particulière avec un renforcement de l’équipe médicale et une organisation adaptée au risque viral du laboratoire d’AMP.

L’AMP ne peut donc se faire que dans certaines structures particulièrement équipées.

Que faire sans l’AMP ?

Les recommandations qui suivent s’appliquent uniquement aux couples Homme séronégatif / Femme séropositive.
Certains couples ont recours à des méthodes « artisanales » ou « maison » afin de limiter les risques de transmission.

- Cibler l’ovulation par :

  • l’observation de la courbe de température et de la glaire cervicale, dont l’aspect change à ce moment
  • la méthode des bandelettes urinaires.

L’insémination se fait dans les 2 à 3 jours qui précèdent la montée thermique.

- Prélèvement dans une seringue de 10 à 20 ml et dépôt du sperme au fond du vagin.

- Recueil du sperme dans un récipient ou dans un préservatif.
Attention en cas de présence de spermicide sur le préservatif.
L’adhérence du sperme au préservatif rend cette solution moins fiable.

- Le sperme est déposé directement dans le fond du vagin, au plus près du col de l’utérus.

Si la femme a moins de 35 ans, on envisage un bilan de stérilité après 1 an de tentatives infructueuses.

S’il existe des antécédents d’hypofertilité, ou si la femme a plus de 38 ans, un bilan de fertilité est recommandé d’emblée.