info printer
GHB
10/01/2008

Le métabolisme du GHB n’est pas connu avec précision mais cependant il sollicite quelquefois l’intervention du cytochrome P450.

Une interaction médicamenteuse entre cette molécule et certains ARV (NORVIR ® et SUSTIVA ®) reste toutefois possible. Il a été rapporté le cas d’un séropositif sous trithérapie (incluant NORVIR ® et INVIRASE ®) ayant présenté les symptômes de toxicité du GHB.

En effet, il avait l’habitude, avant d’être mis sous trithérapie, de consommer lors des fêtes, 2 cachets d’ecstasy, puis d’utiliser une faible dose de GHB pour alléger les effets de la descente de l’ecstasy.

Mais avec la trithérapie, une interaction croisée avec la GHB, a considérablement augmenté la durée d’effet de l’ecstasy, environ 30 heures avant de redescendre. Donc un fractionnement des doses de GHB s’impose pour tout les séropositifs sous trithérapie.

Voir aussi sur les sites suivants :

- Actions Traitements

- Act-Up

- CPAVIH, p.6-13

- Catie

Source : Interactions between recreational drugs and antiretroviral ; Antoniou T., Tseng L., Ann. Pharmacother., 2002, 36, 15981613

Partager cet article Partager sur facebook