info printer
Ecstasy (MDMA)
10/01/2008

Il est conseillé aux personnes sous trithérapie consommant de la MDMA : - de fractionner les doses - de n’utiliser que 25% d’une dose “normale” d’ecstasy - de réduire la durée de leurs sessions de danse - de s’assurer de la présence d’une équipe médicale lors d’une rave party - de maintenir une hydratation adéquate en buvant fréquemment de petites quantités d’eau, tout en évitant au maximum, la prise d’alcool. D’autres produits de la famille des amphétamines (le speed), aussi métabolisés par le CYP 2D6, sont réguliérement consommées par “les clubbeurs et les teufeurs”, notamment les métamphétamines, comme le crystal, l’Ice, le méth. La plupart des antiprotéases peuvent inhiber le CYP 3A4, et d’autre part, le NORVIR ® (ritonavir) et le VIRACEPT ® (nelfinavir), ainsi que le SUSTIVA ® (efavirenz) peuvent aussi, en inhibant le CYP 2D6, être à l’origine d’accidents tels que celui relaté ci-dessous et sont donc à éviter, autant que possible, chez des consommateurs réguliers de MDMA. Il faut rappeler aux médecins les précautions d’information de ces risques d’interactions potentielles auprés de leurs patients séropositifs sous traitement antirétroviral, à base de ces molécules. Citons le cas d’un individu de 32 ans, sous traitement antirétroviral et consommant régulièrement de la MDMA, sans problèmes notoires et tout en respectant les prises de sa prémière trithérapie. Par la suite, la modification de son traitement antirétroviral, en y ajoutant du NORVIR ® (ritonavir 600 mg, 2/J, haut dosage), a provoqué, dès la premiére prise de MDMA, la survenue d’un syndrome sérotoninergique [tachyapnée (accélération du rythme respiratoire), tachycardie (accélération du rythme cardiaque) à 200 battement par min., sueur intense, cyanose (extrémités se colorant en bleu)] ayant entraîné la mort par arrêt cardio-respiratoire. L’autopsie à révélée une concentration sanguine de MDMA 10 fois supérieure à celle attendue, compte tenu de la dose de psychotrope réellement consommée. Ce patient à donc été victime d’une interaction médicamenteuse entre le NORVIR ® et le MDMA. Voir aussi sur les sites suivants : - Actions Traitements - Act-Up - CPAVIH, p.6-13 - Catie

Source : Interactions between recreational drugs and antiretroviral ; Antoniou T., Tseng L., Ann. Pharmacother., 2002, 36, 15981613

Partager cet article Partager sur facebook