info printer
7. Mon gynéco
19/10/2007

Toutes les femmes ont intérêt à bénéficier d’un suivi gynécologique régulier. Quand on est séropositive, c’est encore plus important, car le VIH favorise certaines maladies graves, en particulier le cancer du col de l’utérus.

Le cancer du col de l’utérus est facile à dépister, facile à traiter et à guérir à condition d’avoir été dépistée suffisamment tôt. Un frottis annuel, ou plus en cas d’anomalies, est indispensable.

Comme pour le dentiste, l’idéal est de demander à son gynécologue s’il accepte de suivre une femme séropositive.

Certains refusent, pas forcément par peur du VIH mais parce qu’ils ne se sentent pas assez compétents. Dans ce cas, les services hospitaliers ont habituellement un gynécologue intégré à l’équipe, et donc rompu aux particularités du suivi gynécologique des femmes vivant avec le VIH. Les réseaux ville-hôpital peuvent également proposer une orientation.

Partager cet article Partager sur facebook