info printer
VIH : piste prometteuse pour un microbicide
7/12/2012

Appliquer un microbicide sous forme de gel, crème, suppositoire… dans le vagin ou le rectum permettrait de se protéger des maladies sexuellement transmissibles, y compris le VIH. Divers travaux ont permis d’obtenir des résultats plus ou moins probants.

Aujourd’hui, l’Institut de biologie et de technologies de Saclay (CEA-iBiTec-S), le CNRS et l’université Paris Sud affirment avoir réussi à bloquer l’infection par le virus du sida sur un modèle primate grâce à des miniprotéines capables de mimer le récepteur CD4, qui constitue le point d’entrée du VIH à la surface des cellules. Ainsi elles peuvent « tromper » le virus et le piéger.

Six macaques femelles ont reçu une application du gel contenant 0, 3 % de miniCD4s. Une heure après l’application du gel, elles ont été exposées à une forte dose de virus (10 fois la dose nécessaire pour provoquer l’infection dans 50 % des cas). Cinq d’entre elles ont été totalement protégées de l’infection virale. Aucune trace de virus n’a été retrouvée chez ces dernières. La protection a été confirmée par une absence totale de séroconversion (les animaux ne sont ni séropositifs, ni malades).

Cette étape devrait permettre à plus ou moins long terme de passer aux phases cliniques sur l’homme.

Partager cet article Partager sur facebook