VIH/SIDA/IST

hépatites

homophobie

santé sexuelle


APPELER


ÉCRIRE


CHATTER

Les risques de transmission à l’enfant

02/08/2019

Si le père est séropositif

La transmission du VIH au nouveau-né ne se fait que si la mère est elle même porteuse du VIH.

Dans le cas où un homme séropositif fait un enfant avec une femme séronégative, l’enfant ne sera pas contaminé, à condition que le père n’ait pas transmis le VIH à la mère de l’enfant, par exemple lors du rapport sexuel qui a conduit à la grossesse.

Si la mère est séropositive

La réduction de la charge virale de la mère pendant la grossesse est primordiale. Le concept fondamental est d’utiliser un traitement antirétroviral dans tous les cas avec pour objectif l’obtention d’une charge virale indétectable (<50 copies/ml). C’est le plus important des trois volets de prévention de la transmission, qui se déclinent pendant la grossesse, pendant l’accouchement (période d’exposition la plus importante du foetus au VIH) et chez le nouveau-né.

Lorsqu’une charge virale indétectable est obtenue pendant toute la grossesse, il suffit de mettre en oeuvre des mesures de prévention simples à l’accouchement et chez le nouveau-né.

En revanche, lorsque la réplication virale est peu ou mal contrôlée pendant la grossesse, il est nécessaire de renforcer les mesures de prévention à l’accouchement et chez le nouveau-né :

  • perfusion de zidovudine (AZT) pendant l’accouchement
  • césarienne à discuter au cas par cas.

L’allaitement reste contre-indiqué, y compris en France métropolitaine.

La recommandation est de proposer à toute femme vivant avec le VIH un traitement au long cours, débuté le plus tôt possible et poursuivi après l’accouchement.

Source : 

Prise en charge médicale des PVVIH – Recommandations du groupe d’experts – 2018 Désir d’enfant et grossesse

Partager cet article : 

RUBRIQUES