info printer
2 verres par jour et pas tous les jours
2/04/2019

Comment faire des « choix éclairés » en ce qui concerne sa consommation d’alcool ? Santé Publique France et l’Institut National du Cancer (INCa) ont mené récemment un travail d’expertise sur le sujet.

A partir de ces travaux, de nouveaux repères ont été établis :

• maximum 10 verres par semaine,

• maximum 2 verres par jour,

• des jours dans la semaine sans consommation.

Dans une démarche de communication, Santé Publique France a lancé le slogan : « Pour votre santé, l’alcool c’est maximum 2 verres par jour, et pas tous les jours » (Cette campagne initiée le 26 mars se terminera le 14 avril).

Bien sûr, la consommation d’alcool reste « déconseillée aux adolescents et aux femmes enceintes ». Dans ce dernier cas, on sait que le syndrome d’alcoolisation fœtal lié à l’exposition prénatale à l’alcool est la première cause d’handicap non génétique en France.

(Source : Alcool-Info-Service.fr)

Santé Publique France précise aussi que :

- l’alcool est à l’origine de nombreuses maladies comme l’hypertension, l’hémorragie cérébrale et le cancer... et constitue aujourd’hui l’une des principales causes de mortalité évitable avec 41 000 décès attribuables par an.

- contrairement aux idées reçues, les risques pour la santé existent dès le premier verre.

S’il y a un tabagisme concomitant à une consommation d’alcool, les experts sont unanimes : les risques « ne s’additionnent pas mais ils se multiplient ».

Pour les PVVIH, ces recommandations sont particulièrement pertinentes. Plusieurs études ont clairement démontré le lien entre une mauvaise observance du traitement anti-VIH et une surconsommation d’alcool, et par conséquent, un accroissement des risques d’échec thérapeutique.

Par ailleurs, « 49 % des personnes séropositives suivies en France en 2015 avaient plus de 50 ans » (Rapport Morlat, 2017). Or il est bien établi que les maladies chroniques comme l’hypertension, les dyslipidémies (déséquilibre dans les taux de différents cholestérol, triglycérides), le diabète type 2, se déclarent souvent vers cet âge-là. Dans ce contexte, la surconsommation d’alcool est reconnue comme un facteur aggravant.

Pour évaluer votre consommation d’alcool, n’hésitez pas à utiliser l’alcoomètre, et/ou à consulter le site alcool-info-service.fr pour plus d’informations. [Sources : Santé Publique France, Institut National du Cancer, Alcool Info Service]

Sohanjit Halder